Tous les billets parus dans / Personnel

Une balle courbe!

Folle nouvelle!

À partir de lundi prochain, j’aurai l’immense honneur de joindre les rangs de Québecor en tant que Stratège Senior Médias Numériques + Sports.

Depuis que je me suis lancé à mon compte en 2011, j’ai eu et refusé plusieurs dizaines d’offres d’emploi. J’aimais à outrance le fait de contrôler ma destinée et mon horaire, et je ne voyais aucun poste en mesure de me faire considérer le retour sur le “marché”. C’était jusqu’à la mi-décembre alors que j’ai été approché pour remplir ces immenses souliers! C’est là que j’ai vu une opportunité en or pour continuer ce que j’ai entrepris en 2006 alors que je lançais Fanatique.ca.

Fanatique.ca était une vrai passion pour moi (de même que pour plusieurs collaborateurs devenus amis au fil du temps, et pour certains, collègues à partir de lundi). À ce moment, on carburait à la passion et on avait des ambitions monstres pour faire grandir notre projet. De fil en aiguille, on s’est rendu compte que d’affronter les géants dans le domaine était plutôt ardu et on a cherché des alliances. C’est là que la vente du site à Branchez-Vous! en 2008 prenait tout son sens : on avait espoir que les ressources de BV nous permettraient de franchir les murs des institutions sportives et amenuiserait notre relatif déficit de crédibilité. Le mariage s’est bien déroulé… jusqu’à ce que de fusions en acquisitions, BV est devenue BV! Media puis Rogers, jusqu’à ce que Fanatique.ca devienne une Erreur 404…

J’étais toujours resté avec cette crotte sur le coeur.

Pour moi qui perdait un projet dont j’étais extrêmement fier, pour tous les collaborateurs qui perdaient une tribune incroyable pour amorcer leur carrière, et pour les amateurs de sport qui perdaient une voix essentielle, je ressentais une grande déception.

Et aujourd’hui, je me sens ragaillardi de savoir que j’exercerai un rôle d’influence pour réaliser les choses auxquelles je rêve depuis toujours en tant que Fanatique de sport.

2014, j’arrive!!


La fin d’un cycle

Il y a presque 13 ans aujourd’hui je lançais Humour Québec. Bâti comme un portail humoristique à sa naissance en janvier 1999, le site est rapidement devenu ma tribune privilégiée alors que dès août 2000 j’y ai tenu ce qui allait devenir mon blogue pour les 9 années suivantes.

Mon premier billet (publié avant même d’avoir un CMS pour le site, ce qui voulait dire que chaque entrée était codée à la main en HTML et publiée par FTP) a été mis en ligne le 14 août 2000 – et envoyé par courriel aux quelques dizaine de milliers d’abonnés de l’époque – ce qui techniquement ferait de moi le 9e plus ancien blogueur au Québec. Je dis bien techniquement, parce que comme j’avais été oublié dans ce classement j’imagine que plusieurs autres l’ont été eux aussi…  M’enfin c’est pas important.

L’important, c’est que ce site n’est plus. Qu’il a été fermé plus tôt cette année.

En 2006, poussé par la motivation de me renouveler, j’ai lancé Fanatique.ca. J’ai toujours aimé le sport. Et je l’ai pratiqué. Mais ce que j’ai toujours aimé le plus a toujours été d’en parler. Ça a comencé sur ICQ, ça s’est déplacé vers des forums – principalement Radoter.com alors propriété de mon coloc et ami – puis ça s’est cristallisé à l’été 2006 alors que j’ai passé presque 3 mois à coder sans relâche pour lancer ce que j’espérais voir devenir LE média communautaire sportif au Québec, voir même dans la francophonie.

J’y ai recruté une équipe d’élite, non sans peine, via divers forums sportifs où j’aimais discuter. Avec Patrick Caisse et Maxime Morin à mes côtés je sentais qu’on arriverait à monter un projet qui nous dépasserait et c’est précisément ce qui s’est produit alors que des dizaines d’autres chroniqueurs sont venu nous épauler au fil du temps. Jessica, Jean-Luc, Benoît, Roby, Stéphane, Michel, Rémi, Jean-François, Olivier, Jean-Philippe, Maxime, Louis… dans l’ordre et dans le désordre, vous vous reconnaîtrez.

Arrivé à un point tournant en 2008 alors que je voyais s’essouffler notre modèle d’affaires (ou l’absence de modèle, c’est selon…) basé sur la gratuité, j’ai pris la décision – de concert avec mes partenaires – de vendre le tout à BRANCHEZ-VOUS! dans l’espoir sincère de lui insuffler la croissance que je lui souhaitais, et de passer à une autre étape de développement.

Puis BRANCHEZ-VOUS! est devenu BV! Media. Puis BV! Media est devenu Rogers. Puis des gens de confiance sont partis. Puis des dossiers se sont enfouis. Puis des motivations ne se sont pas renouvelées. Puis les deux solitudes se sont éloignées. Au fil du temps, le statut du site a changé, son importance s’est marginalisée et sa pertinence contestée. M’enfin c’est pas important.

Ce qui est important c’est que le site n’est plus. Qu’il a été fermé aujourd’hui… lui aussi.

Bref, aujourd’hui, c’est jour de deuil.

Un deuxième deuil si je puis dire étant donné que j’ai quand même dû en vivre un lors de la vente de mes sites en 2008. Mais celui-ci est différent. Car si le précédent marquait un passage, une évolution, celui-ci évoque la fin, la disparition.

En moins d’un an, ce que je pensais bien humblement être une sorte d’héritage impérissable que je laisserais derrière moi sur la Toile a été évacué. Flushé.

Suis-je frustré?

Non, sinon après moi-même. C’est moi qui ai vendu les sites après tout. Ils ne m’appartenaient plus ni légalement, ni moralement – et je l’ai bien compris. Jeter le blâme sur mes anciens patrons chez Rogers – j’ai démissionné le 1er décembre – ne serait pas honnête. À la limite ils ont été coincés avec un site difficile à remettre en selle après plusieurs mois sous le respirateur artificiel.

De plus, quand on y regarde, le bilan final de toute cette aventure aura été tellement positif. Au fil des années j’ai rencontré des personnes merveilleuses qui se sont converties en amitiés durables. Je salue d’ailleurs au passage les Patrick, Carl, Alexis, Debbie, Yanik et les autres avec qui il fût si bon de travailler pendant plus ou moins ces trois dernières années.

Et comment oublier la plus belle “conséquence” de tout ça, à savoir ma rencontre avec celle qui partage ma vie aujourd’hui. Mine de rien, si toute cette aventure avec HQ et FAN devait se résumer à ma seule rencontre avec Christine, je la referais demain matin sans aucune hésitation. Ça aura débuté au hasard d’un coup de fil pour me demander de replacer un créatif publicitaire plus haut en page d’accueil, et presque 4 ans plus tard, c’est devenu un petit garçon d’un an qui est au coeur de mon bonheur quotidien. Pour tout ça, je persiste et signe : ça a été le meilleur deal de ma vie, quoi qu’en ait dit mon comptable à l’époque!  Je t’aime. Je vous aime. Et ce bonheur ne saurait être teinté de gris en cette journée un peu maussade. J’aime ma vie.

Suis-je déçu de la situation?

Ah pour ça, oui c’est certain. Crissement déçu même.

Déçu parce que pendant tout ce temps, mes sites auront servi de tribune à des dizaines de personnes de grand talent et que j’aurais aimé que ça continue. Je pense ici aux humoristes de la relève qui auront blogué sur HQ et que je vois aujourd’hui, avec grand plaisir, s’épanouir sur scène ou avec leur plume (Pierre-Luc, Guillaume, Yannick, Étienne, Jean-François, Billy, Alexandre, Frank, Cathleen, etc.) ou encore aux journalistes en herbe ayant débuté sur FAN et qui oeuvrent aujourd’hui dans des médias de premier plan (Pat, Maxime, Jessica, Michel… sans oublier Roby, qui est lui aussi promis à un grande carrière dans le domaine). Pour tous ces gens qui auront contribué au succès de cette aventure et qui aujourd’hui se retrouvent eux aussi sans trace tangible de cet héritage, je suis déçu.

Pour les millers de personnes par mois qui visitaient ces sites, je suis déçu.

Pour le fait de rayer 13 ans de carrière sur mon C.V. je suis déçu. Égoïstement déçu.

J’ai tenté de faire en sorte que le site soit retourné à la communauté, ça m’a été refusé et j’en suis déçu.

J’ai espéré qu’il ne soit pas rayé de la carte mais au minimum maintenu en-ligne, comme témoignage de 5 ans d’efforts par plus de 7100 Fans. Ça m’a aussi été refusé et j’en suis déçu.

Mais bon : la fin d’un cycle signifie l’imminence d’un nouveau départ. C’est en quelque part ce qui fait de cette journée une étape à franchir plutôt qu’une fatalité en soi.

Comme plusieurs le savent sans doute, je me lance tête baissée dans un nouveau projet, que j’entends mener avec toute la passion pour le web qui m’a toujours habitée et quoi sera en moi à jamais. Je suis motivé, gonflé à bloc et impatient d’aborder cette année 2012 pleine de défis de taille.

C’est peut-être juste ça la vie au fond, se renouveler et essayer de ne pas trop regarder dans le rétroviseur…

Je termine en disant, amicalement et chaleureusement :

Merci à tout ces gens qui m’auront aidé.

Merci à tous ces gens qui auront contribué.

Merci à tous ces gens qui s’y seront intéressé.

Et merci surtout à tous ces gens qui vont – je l’espère – s’en rappeler… 

Merci.

E.


Mon année Facebook

C’pas vraiment représentatif.

Remarquez que…


Appel d’offres pour agences de voyage

J’essaie quelque chose, par curiosité (et mon propre bénéfice).

Ma Chérie et moi allons nous marier dans le sud cet été (à Cuba ou en République Dominicaine), plus précisément lors de la semaine de la St-Jean-Baptiste (du 19 au 27 juin).

Et jusqu’à présent, pas moins de 30 personnes ont manifesté le désir de nous y accompagner.

Nous sommes en ce moment en train de contacter diverses agences de voyage afin de voir avec elles quels forfaits seraient les plus avantageux, quelles destinations seraient les plus intéressantes, etc.

C’est là que j’ai eu l’idée de lancer (sauf erreur) le premier appel d’offres public pour agences de voyage. Je vais vous exposer nos demandes, et si, quelque part sur le web, existe un ou un agent de voyage qui désire se positionner comme pro-actif dans ce secteur d’activité de plus en plus concurrentiel, qu’il se manifeste!

En contre-partie, l’agent qui aura livré la meilleure soumission reportera un billet promotionnel sur cet espace, mon éternelle recommandation pour ses services via tous les médias sociaux sur lesquels je participe (Facebook, Twitter, etc.), nombre de liens vers son site web via mes billets de blogue traitant du sujet, les remerciements sur la page d’accueil de notre site de mariage et plus encore.

Nos besoins :

  • Destination soleil : Cuba ou République Dominicaine
  • 19 au 27 juin 2009
  • environ 30 personnes (on aimerait une soumission pour 20 et pour 40, si possible)
  • hôtel : minimum 4½ étoiles – idéalement 5
  • on souhaiterait aussi voir la possibilité d’avoir une activité incluse dans le forfait (genre, une croisière en catamaran)
  • le critère le plus important : le prix. Avec un si gros groupe, on s’attend à ce que le deal soit très profitable…

N’hésitez pas à m’écrire via le formulaire de contact ci-haut, par courriel directement à : emilegirard (a) gmail (point) com ou via les commentaires sous ce billet.

Merci, et bonne chance!

Pour ma part, je mettrai à jours les développements via ce blogue et sur mes comptes Facebook et Twitter.


Entendu… chez-moi!

[voix-off de Chantal Machabée] : “Je serais prête à échanger Plekanec n’importe quand avec d’autres joueurs du CH si c’est pour essayer d’aller chercher Vincent Lecavalier…”

Évidemment, j’étais d’accord.

Ma Chérie? Un peu moins…

- Mets-en Chantal!
- Euh, non ça pas d’allure.
- Allons donc Chérie, Plek, y est ben fin, mais VINCENT!
- Je l’aime moi, Plekanec!
- On parle de Vincent Lecavalier là. T’en es bien consciente?
- Toi, Émile, t’es ben fin. Mais tu sais, si jamais Johnny Depp venait qu’à m’aborder… ben je ne cèderais PAS.
- Hum. Oh. Okay. Je r’viens, je vais aller mettre ton chandail de Plekanec.


Je Google Street View

emile-street-viewOui oui : JE.

Juste avant d’entrer au bureau, avec un café.


Les Colocs

J’sais pas trop quand ça a commencé. En fait oui, c’est depuis toujours. Oui, j’ai toujours aimé les Colocs. En fait non, pas aimé, admiré les Colocs. Mais surtout, admiré André Fortin.

Dans ma jeune vie de répulsion du vedettariat, il m’a été donné de rencontrer Dédé Fortin en 1995, lors d’un spectacle au Complexe Jacques-Gagnon d’Alma. J’sais pas si c’était le fait de voir un gars du coin être doté d’un tel charisme, ou bien le fait qu’il ait retardé son entrée en scène après l’entracte pour jaser avec le ti-cul de 12 ans que j’étais, tout en me signant le seul autographe que j’aurai demandé dans ma vie… reste que le type m’a marqué. J’ai vécu sa mort au moins aussi difficilement que celle de certains de mes proches. Dédé, c’était moi, ma projection, mon antithèse, à la limite, mon idéal, en quelque sorte.

Au cours de la dernière année – les bureaux de BV étant jusqu’à tout récemment au coeur du Plateau – j’ai éprouvé une joie immense à aller dîner régulièrement à la maison des pâtes sur Rachel, qui se trouvait à être juste en dessous de l’appart où Dédé s’est enlevé la vie en 2000. . Inconsciemment, j’aimais prendre un peu de temps pour manger sous sa photo, qui trône sur une colonne en plein milieu des tables. Pas comme un pèlerinage, plus comme du respect, de l’admiration.

Tout ça pour dire qu’un peu en retard, je viens d’écouter le show présenté dans le cadre des Francofolies 2009, et que je suis choqué. En fait, je me dirais plutôt déçu de voir autant d’artiste ne pas s’être donné la peine de lui offrir un Salut bien senti. Chacun avait quoi, 1-2 chansons à apprendre? Eh bien ça été de catastrophes en catastrophes où les lapsus, oublis et botchages ont été légion.

Et le pire, c’est qu’on ne peut pas questionner l’amour que vouaient ces artistes à Dédé Fortin. C’est dire à quel point ce spectacle a dû être fait à la va-vite, sans trop de préparation, sans trop de respect. À mes yeux, le seul qui aura offert une prestation en phase avec Dédé aura été le chanteur des Respectables, et à la limite, Marc Déry sur Le Répondeur. Les Loco Locass ont été très moyens, et pour ce qui est du reste, ouch.

Avouez qu’entre ça

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=jkMb3G7i-eI[/youtube]

et ça

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=REQeSaLwp6c[/youtube]

y a un monde (sinon deux) de différences…